Bannière cafcom.net

Accueil > Parisian thoroughfare > Nijinsky

Nijinsky

19 octobre 2019

Reçu dans la boîte mail ce jour, des nouvelles d’un ami mordu de photo, avec un lien vers une de ses photos, primée dans un festival de street photography. Une belle image, dynamique, colorée et bien composée, dans le style de William Eggleston, un peu.

J’étais content pour lui de cette reconnaissance, ça fait toujours plaisir de savoir son travail apprécié et la photo le méritait.

Et puis je me suis dit ensuite que la photo de rue, ou street photography, en tant que pratique de la photo c’est pas trop mon truc — ça va trop vite, y’a trop de gens, je suis trop timide, enfin je ne sais pas mais bon. Un peu comme la photo de sport, la photo animalière, tous ces genres qui demandent d’être hyper réactif ou à l’affût pendant des heures.

En fait moi je préfère la cemetry photography, in french : photo de cimetière. D’abord par paresse — on habite juste à côté du cimetière de Montmartre, c’est pratique quand on a envie de sortir avec l’appareil photo. Et puis je suis plutôt lent d’une manière générale, et pour la photo il me faut toujours une plombe avant d’appuyer sur le déclencheur. Là c’est calme, silencieux, on a tout le temps pour soi, on peut revenir si la lumière n’est pas bonne ou si l’on n’est pas content de la photo, et les modèles ne viennent pas te casser la gueule et ton appareil si tu as pris leur photo sans autorisation, ou t’envoyer leur avocat quand il s’agit de célébrités.

À guetter l’instant décisif, je préfère regarder le temps qui passe, tranquille, tout seul — parfois les chats, c’est vrai, mais ils font partie du paysage en fait.

Cimetière de Montmartre
Août 2019